Arrêt 5

"La courbe ronde"

Cette section est clairement une extension faite au détriment de la grotte pour la chaussée, en fait, on note le "découpage" par des mines de l'écoulement qui s'est dégradé vers le ruisseau. La même voûte est marquée par les preuves de la fouille. 

Il est probable que l'ancien passage pour piétons ait traversé l'embranchement du côté qui est un véritable contournement; certain qu'il devait être équipé d'une échelle pour descendre à ce qui devait être le chemin.Dans cette zone le plafond de la grotte est abaissé et la section se rétrécit considérablement, vous pouvez voir de splendides anémolites avec de petites canules au centre. allongés dans le sens du flux d'air qui est à la base de leur genèse: en détail ils sont formés par une série de crêtes allongées qui représentent l'écoulement des filets d'eau capillaires individuels qui s'évaporent de l'endroit précisément à l'anémolite. 
Dans le cas où l'eau d'alimentation dépasse celle qui peut s'évaporer simultanément alors un goutte-à-goutte se déclenche au centre de l'anémolite ce qui conduit au développement d'un tubulaire.Toute l'eau qui alimente les anémolites n'est pas de l'eau d'infiltration. qui refait surface dans cette partie de la grotte, mais est plutôt de l'eau de condensation, en raison des processus adiabatiques de compression-expansion de l'air passant à l'intérieur du goulot d'étranglement. Ceci explique surtout la présence constante, même en été, de ruissellement en ce point de la cavité et aussi le fait que la fréquence des ruissellements peut varier fortement en quelques heures en fonction de la vitesse de l'air et des conditions climatiques extérieures. 


A cet égard, il peut être intéressant de démarrer un processus de surveillance du ruissellement en fonction des paramètres météorologiques externes Ces concrétions sont également l'un des marqueurs les plus efficaces pour observer le processus de renaturalisation spontanée qui se déroule à l'intérieur de la grotte. aux échappements des camions qui passaient à l'intérieur de la grotte et au fait que leur alimentation particulière (condensation) signifiait qu'ils n'étaient jamais secs à aucun moment de l'année, la quantité de noir de carbone incorporée était maximale. Il est évident que le dépôt du carbonate de calcium actuel donne lieu à une incrustation blanche et blanche qui avec le temps, progressivement, couvrira complètement la concrétion «contaminée» par le noir de carbone.