Arrêt 2

"Le mur"

Nous sommes à l'entrée de la grotte de San Giovanni, qui peut être définie comme un véritable tunnel hydrogéologique naturel du mont Acqua et constitue l'accès monumental aux vallées derrière, de multiples zones du parc espéré de Linas. La structure se compose d'une grande galerie de caverne, posée sur une série de failles inversées avec la direction principale nord-sud et nord-est-sud-ouest avec une série de branches latérales d'extension considérable; certains d'entre eux, complètement inondés, constituent la partie active. 

La grotte "n'a pas toujours été et sera toujours" mais ce que l'on peut voir est le résultat d'une série de mécanismes évolutifs d'origine chimique et physique et liés à la nature calcaire des roches de ce territoire. Les calcaires en eux-mêmes sont insolubles mais l'eau de pluie, lorsqu'elle traverse les dernières couches de l'atmosphère et rencontre le sol, s'enrichit en dioxyde de carbone et devient acide. Ces eaux acides sont capables d'attaquer le calcaire en transformant le carbonate de calcium en bicarbonate de calcium qui est soluble. 


Ces eaux agissent donc le long des fractures en dissolvant la roche et en élargissant les fractures d'origine jusqu'aux dimensions que l'on peut voir. C'est ce qu'on appelle un processus karstique. A l'action chimique s'ajoute l'action physique créée par l'énergie d'une rivière en phase d'écoulement, en phase pleine l'abondance des eaux donne une vitesse d'écoulement qui parvient à transporter des sédiments beaucoup plus gros, car il est plus la vitesse (et le débit) de l'eau sont élevés; L'action abrasive de ces sédiments a également un impact significatif sur l'évolution des canaux karstiques. l'autre reconstruit le long de l'axe principal de la galerie. 


Les failles appartenant à ce système, toutes avec une immersion vers l'ouest. L'action chimique de l'eau ne dure pas indéfiniment, lorsque, en fait, la solution de bicarbonate est saturée (ce qui signifie que l'eau ne peut plus se dissoudre) le mécanisme inverse du processus karstique se produit, c'est-à-dire le carbonate de calcium précipite avec des mécanismes de dépôt très lents qui conduisent à la formation de concrétions. Ceux-ci peuvent être des stalactites, des stalagmites et des moulages; en fonction des mécanismes de dépôt. A l'intérieur de la grotte se trouvent de grandes et spectaculaires concrétions avec des plateaux superposés (gours) les plus grands d'Italie, d'imposantes stalactites et concrétions de stalactites, les stalactites sont plus rares. Près de l'entrée sud, depuis 1912 la source qui alimentait le aqueduc auxiliaire de Cagliari. Le flux d'eau en cascade de la source a appelé la grotte comme "La grotte de l'eau tombée". L'action de l'homme, depuis les temps anciens, est clairement visible; en fait, nous sommes à proximité de ce qui était un puissant mur préhistorique qui fermait l'embouchure de la grotte; analogues nous reviendrons à l'entrée nord. La grotte avait été fermée par ces murs dont on sait par la bibliographie avoir une épaisseur de quatre mètres et on y accédait par l'entrée sur le côté et descendait par un escalier. Malheureusement nous n'avons pas de documentation photographique de ces murs, il n'y a qu'un dessin réalisé par Alberto Lamarmora et publié, avec la description, dans son œuvre "Voyage en Sardaigne". 


Le chanoine Angius s'occupe également du mur et le décrit dans l'ouvrage de Casalis "Dictionnaire géographique, historique, statistique et commercial des États de Saint-M. le roi de Sardaigne". Nous pensons que la reconstruction faite par les auteurs selon laquelle les murs sont interprétés comme des fortifications défensives de la grotte probablement habitée par ces populations néolithiques est vraisemblable.L'action humaine a alors été proposée, même lourdement, pendant la période de la révolution industrielle. en fait, l'ancien chemin naturel de la cavité a été fortement modifié dans la seconde moitié des années 1800, avec la construction d'une route surélevée, par rapport au lit du ruisseau interne, qui traverse tout l'axe longitudinal de la grotte. Cette route a été construite par les concessionnaires de la coupe des bois en amont, le comte Pietro Beltrami et, par la suite, le cavalier Gaetano Semenza avec l'entrepreneur Bernardo Fabbricotti. La construction de la route a été faite pour faciliter le transport du bois et du charbon en aval mais c'était aussi une grande facilité pour le transport de la production minérale des différentes mines en amont de la grotte. Le transport a également été accordé à des tiers après paiement du péage basé sur le tonnage transporté. C'était peut-être l'une des premières routes à péage du nouveau royaume d'Italie.

Cette caractéristique en fait l'une des quatre grottes au monde qui sont naturelles et praticables par le trafic motorisé (les autres sont les grottes du Mas d'Azil en France d'environ 450 mètres de long, la seconde est la cueva agua à Ribadesella un village des Asturies en Espagne , la grotte a un développement d'environ 300 mètres, la dernière connue est la grotte de Jenolan en Australie avec un développement de 150 mètres). Pour ses caractéristiques c'est l'une des rares grottes accessibles au tourisme des personnes handicapées.